• Contemporary Hope

    International Research Bureau for Contemporary Hope . Dance Company (scroll down)

What's on?

Artistic residency @104, Paris - Oct. 2017
Artistic residency @104, Paris - Oct. 2017
100%
Lab in Residency @Cité des Sciences, Paris - Dec. 2017
Lab in Residency @Cité des Sciences, Paris - Dec. 2017
100%
Exposition @Le Shadok, Strasbourg - Jan. 2018
Exposition @Le Shadok, Strasbourg - Jan. 2018
100%

New Work

Création d’1 heure pour 3 danseurs & une recherche lumière/e-textile

Le Temple Avait des Fenêtres Obliques, titre de ce projet de création, est tiré d’un vers de Victor Hugo (Cromwell, 1827), lui-même inspiré par la description du temple de Salomon dans le livre biblique des Rois. Il synthétise en 4 mots, l’enjeu dramaturgique de cette création : la capacité pour la forme à créer du sens. Je comprends cette description d’une forme architecturale – le temple avait des fenêtres obliques - non seulement comme une indication géométrique mais également comme un élément de l’histoire qu’on souhaite me raconter. De la même façon, ma recherche artistique et technologique « danse et lumière » me permet de créer une matière particulière, entre ombres charnelles et lumières colorées, et cette matière constitue un langage qui porte son récit en lui-même. C’est cette parabole que je cherche à faire advenir lors de cette création chorégraphique en organisant la dimension sensible des situations de la vie ordinaire et quotidienne : la pièce se situe dans un intérieur domestique. En ce sens, ce projet se rapproche des arts plastiques et en particulier de la peinture classique. La photographie et les débuts du cinéma constituent également une source d’inspiration pour mon travail.
Jeanne Bloch

Fragile radiance

Fragile Radiance

Notre approche « danse et technologie » se situe au point de jonction de l’objet technologique et du corps humain.

Nous nous représentons le monde technologique comme un univers fini régi par des principes physiques immuables. Cependant, tout objet intégrant des éléments de programmation, des matières conductrices d’électricité ou créatrices d’effets lumineux continue à émettre des ondes et à réagir à l’espace environnant au delà de la fonction première qui lui est attribuée.

La démarche d’exploration artistique nous permet de nous saisir de cet espace où les effets techniques ne sont pas suffisamment puissants pour être retenus par l’ingénieur et où l’expertise du danseur et du chorégraphe révèle la continuité de matière entre le monde technologique et le monde physique sensible.

Ainsi, nous souhaitons montrer la dimension profondément humaine du monde hybride à venir.

 

Jeanne Bloch, mai 2017

Lab

Contemporary Hope Lab

En cherchant à identifier comment la vision de l’artiste et les capacités de présence dans l’espace du danseur influencent les développements technologiques de façon décisive, nous questionnons la place de l’artiste dans les collaborations arts-sciences.

Nous souhaitons démontrer que la recherche chorégraphique et artistique laisse une empreinte spécifique sur les objets technologiques développés pour les besoins du spectacle et que ce savoir-faire peut-être valorisé à l’extérieur du champ artistique.

Cette hypothèse s’appuie sur la recherche, « lumière augmentée par la danse » de Jeanne Bloch ainsi que sur le projet réalisé pour la direction Recherche & Développement de PSA (Peugeot) en 2016 pour lequel des éléments d’expérimentation chorégraphiques avaient été intégrés au processus de design réalisé pour le constructeur automobile (2016).

Prochain rv du Contemporary Hope Lab : réalisation d’une étude qualitative à la Cité des Sciences, Paris, du 9 au 16 décembre 2017

Workshops

Ateliers & cours : « Lumière Augmentée par la Danse »

Nous intervenons auprès des théâtres, musées et écoles de danse pour proposer une expérience entre danse et nouvelles technologies. Publics : danseurs professionnels et étudiants danseurs /// Durée : de 2 heures à 10 jours /// Nous contacter : workshops@contemporaryhope.dance /// Nous mettons à disposition nos T-shirts lumineux.

Comment éclairer l’espace corporel ? “J’utilise les techniques des textiles intelligents pour éclairer l’espace corporel des danseurs. Je créé ainsi un vocabulaire qui n’est ni tout à fait du mouvement ni tout à fait de la lumière mais qui ne peut exister que par la combinaison des deux. Je codifie ensuite ce matériau afin de le partager à l’occasion d’un cours de danse ou un atelier «mouvement et lumière». Jeanne Bloch

Collective

Jeanne Bloch est une artiste-chorégraphe, maker et spécialiste du développement durable. En 2010, elle associe à son travail chorégraphique des expérimentations intégrant la lumière et les textiles électroniques dans le but de trouver des solutions écologiques à l’éclairage scénique. Elle choisit ensuite de poursuivre cette exploration, créant ainsi son propre matériau artistique lui permettant d’aborder la place du sensible dans et à l’extérieur de la création. Jeanne a été invitée à travailler dans de nombreux centres culturels (104, Gaité Lyrique, Stéréolux, Shadok, CND…) et est intervenue dans plusieurs conférences arts-sciences en France et à l’étranger. Elle a également travaillé pendant près de 15 ans auprès d’organisations internationales sur des questions liées au changement climatique, questionnant et analysant les modes et la culture de consommation. Elle s’est formée aux méthodes de Practice Based Research in the Arts (Stanford) et a été marquée par les enseignements d’Anna Halprin, Martha Rodezno, Rosalind Crisp, Lia Rodriguez, Andrew Morrish, Elsa Volliaston, Wayne Bars, Bill T Jones et la Martha Graham dance School. Jeanne vit à Paris et a travaillé en Corée du Sud, au Congo (RDC), au Salvador, aux Etats-Unis et dans plusieurs pays d’Europe.

Anja Röttgerkamp (Bruxelles)

Danseuse, chorégraphe, Anja a été formée à l’école de Pina Baush. Elle danse avec les plus grandes compagnies européennes telle la chorégraphe Gisèle Vienne avec qui  elle collabore depuis plus de 10 ans. Anja est également formée à la fasciathérapie et intervient comme thérapeute par le mouvement. Jeanne et Anja collaborent sur divers projets artistiques depuis de nombreuses années. Anja lui apporte un regard extérieur de grande qualité.

Jonathan Perret (Paris)

Software performer & électronicien, Jonathan est un des fondateurs de la coopérative ut7 (http://ut7.fr) : collectif de programmeurs expérimentés se réclamant du mouvement des méthodes agiles de développement logiciel, et disposant d'une très solide expertise sur le sujet. Il est également à l’origine du mouvement des coding goûters et des spectacles de code (Gaité Lyrique, Carrefour Numérique, Centre Pompidou...). Ingénieur de haut vol et électronicien passionné, ses solutions technologiques sont d’abord poétiques.

Ana Cristina Velasquez (Bruxelles)

Danseuse, chorégraphe, diplômée de la Fontys Hogeschoolen Dansacademie (Pays-Bas) après avoir été étudiante en ingénierie environnementale en Colombie. Ana Cristina travaille avec de nombreux chorégraphes dont Stefan Dreher, George Appaix, Sasha Waltz&Guests, Ayelen Parolin, Louise Vanneste, Kristian Smeds, Ari Numinnen, Romeo Castellucci et Filipe Lourenço… Ana Cristina intègre le travail de “BMC/Principles of Fasciapulsology and composition” de Florence Augendre dans son travail de performeur et de chorégraphe. Ana Cristina et Jeanne ont travaillé ensemble en 2016 lors d’une création chorégraphique commandée à Jeanne Bloch par le Centre Européen du Textile Intelligent (Roubaix).

Gabrielle Rinaldo

Tout juste diplômée d’un Master 2 en gestion des industries creatives (Kedge Business School), Gabrielle participe à notre projet de structuration de la compagnie en travaillant sur différentes tâches de production. Elle a auparavant travaillé aux Théâtres des Amandiers et de Nanterre dans le cadre de ses stages étudiants.

Céline Verchère (Sherbrook)

Sociologue,  Céline a travaillé dix ans pour le CEA au sein du Laboratoire d’Électronique et de Technologies de l’Information (Léti). Experte «Expérience Utilisateurs (ux) », elle est désormais au CNRS au sein d'un laboratoire international (UMI), dont les recherches portent sur les nanosystèmes et nanotechnologies. Elle y est co-responsable de l'axe Ethique Usage et Société. Céline a développé une expertise sur l’application de méthodologies issues des sciences humaines et sociales en milieu industriel et aux implications éthiques relatives au développement (enjeux et impacts des développements technologiques). Elle s’intéresse particulièrement aux problématiques de l’interdisciplinarité et de modes de production de l’innovation technologique. Par ailleurs danseuse, elle centre désormais son intérêt sur les différentes possibilités d’interactions entre corps et technique et plus largement sur les liens entre « usages » et le triptyque « corps, technique et médiation ». Sa recherche vise à promouvoir l’expérimentation artistique (notamment l’expression corporelle) comme vecteur d’enrichissement du développement technologique.    

Jan Klein (Berlin)
>

Chef opérateur Jan est diplômé de la Potsdam Film & Television Academy (HFF Konrad Wolf). Il a également un BA en Media Audio-Visuel de Beuth - University of Applied Sicences, Berlin et a étudié une année l’art audio-visuel à la Bezalel Academy of Arts and Design à Jérusalem. Jan collabore en tant que directeur de la photographie à de nombreux projets artistiques et performatifs. Jan a travaillé avec Jeanne lors de sa résidence à Dance Tech Berlin. en 2014.

Teresa Almeida (Newcastle)

Artiste, designer et chercheure, Teresa explore la relation entre l’art, les technologies et les vêtements. Publiée dans : « Fashionable Technology (2008) ; Future Fashion (2010) ; Make : Wearable Electronics (2014), ses sujets de recherche comprennent « wearable and soft technology », « craft, tangible and embodied interfaces », « design pour la santé et le bien être des femmes », « empowerment et justice sociale ». Auparavant, Teresa a enseigné les « Media Arts » au LASALLE College of the Arts de Singapour. Teresa a un master du Interactive Telecommunications Program de New York University et un PhD de l’Open Lab de Newcastle University. Jeanne et Teresa se sont rencontrées à l’occasion d’un séminaire européen sur l’art et le changement climatique (Imagine 2020).

Emmanuel Gaillot (Paris)

Titulaire d’un M.A. in Drama, Washington University à St Louis (États-Unis) et ingénieur informaticien dîplômé de l’INSA de Lyon, Emmanuel a développé une double expertise dans les milieux de l'ingénierie logicielle et en production théâtrale. Cherchant à créer des passerelles entre ces deux communautés de praticiens, il instille des techniques de théâtre auprès des équipes de développement logiciel et vice-versa. Il est membre du comité de lecture Anglais de la Maison Antoine Vitez et traduit plusieurs textes dramatiques dont Quartier 3 : destruction totale et Le Néther de Jennifer Haley pour la Comédie Française ou encore Les Cinq femmes de Maurice Pinder de Matt Charman (co-traduction). Spécialiste des équipes auto-organisées et des environnements de co-apprentissages, Emmanuel Gaillot ancre son travail dans la performance theory, l’invention de rituels et le post-modernisme.

Florence Bost (Paris)

Spécialiste de l’intégration des nouvelles technologies dans le textile, Florence est diplômée de l’Ecole Supérieure de Design Industriel à Paris et commence sa carrière en Italie auprès d’Andrea Branzi. Elle présente ses premières pièces techno-poétiques en 1991 au VIA à l’occasion de l’exposition « Objets Hybrides ». Lauréate de la Villa Kujoyama en 1997, sa résidence lui a permis d’approfondir ses recherches sur l’intégration tant physique que conceptuelle des nouvelles technologies dans le textile et de réaliser plusieurs prototypes innovants, dont un jacquard sonore. En 2014, Florence a publié un ouvrage intitulé « Textiles, Innovations et Matières Actives » chez Eyrolles. Elle est également la fondatrice de Sable Chaud. Jeanne et Florence ont récemment travaillé ensemble à l’occasion d’un projet expérimental « art & industrie ».

  • what's on?
  • new work
  • fragile radiance
  • lab
  • at a glance
  • workshops
  • collective